Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Lettres

    Patriotes: allez comprendre pourquoi

    15 mai 2017 | André Gaulin Québec, le 13 mai 2017 | Québec

    Le jeudi 11 mai, le député de René-Lévesque, avec l’appui de la CAQ, a présenté une motion pour que flotte le drapeau des patriotes au mât du parlement et à celui des mairies du Québec le lundi de la Journée nationale des patriotes, soit le 22 mai. Or, le gouvernement a refusé d’appuyer cette motion qui voulait pourtant signaler visuellement la Journée nationale des patriotes.

     

    Pourquoi ce pied de nez à des parlementaires du dix-neuvième siècle qui ont tant lutté pour la liberté et la démocratie ? Sait-on qu’un député sur trois fut emprisonné pour avoir participé à ce combat, que d’autres furent même pendus ou que leur tête fut mise à prix ? En refusant une demande qui relève du devoir de mémoire, le gouvernement ignore-t-il aussi que tous les Partis politiques d’aujourd’hui sont issus du Mouvement patriotique ?

     

    Comme le rappelait Claude Ryan, qui leur rendait hommage, le 29 novembre 1989 à l’Assemblée nationale : « Certains peuvent s’approprier [les patriotes] pour justifier le mouvement souverainiste d’aujourd’hui ; d’autres peuvent se les approprier pour justifier l’option fédéraliste. Je ne pense pas qu’on ait le droit de se les approprier en exclusivité. Ils appartiennent à l’histoire avec tout ce qu’ils ont été, aussi avec ce qu’ils ont dit et ce qu’ils n’ont pas dit. » De sorte que ce refus d’arborer leur drapeau au parlement et dans les mairies relève d’un mesquin calcul partisan qui déshonore la démocratie québécoise.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.